La chapelle : une histoire de dévouement.

Inauguration le 5 mai 1957.

Grâce à la mémoire de Suzanne Bouvot et de Serge Lambert, ainsi qu' aux archives du curé Louis Burton dont un article de M. Devant, il a été possible de retrouver la date et de nombreux renseignements concernant la construction de la chapelle.

Le 7 avril 1956, reprenant à son compte un projet que ses prédécesseurs avaient déjà imaginé, l' abbé Guy Sartorio alors curé de Chaligny, a la joie de voir débuter l' édification de cette chapelle. Les plans avaient été dressés par deux habitants de Pont-Saint-Vincent : MM. Grandider et Mamelle et le terrain acheté à l' Usine de Neuves-Maisons pour la somme de 25.000 f plus 8.456 f de frais soit 33.456 f. Les responsables ont choisi de l' élever au coeur même des cités en bordure de la route nationale qui mène au Mont M. Devant écrivait en 1957 : << Soixante personnes au total, venues de milieux très divers vont prendre part aux travaux qui seront menés grand train sous l'active impulsion d' un intendant dynamique René Réveillé. >>

Au début : dix hommes

La direction des travaux est confiée à Charles Dulion, porion en retraite et dix hommes constituent l'équipe du début. Ils seront rejoints par d'autres, certains comme M. Réveillé, de la coopérative, fourniront la boisson, M. Gutko, l'eau pour le mortier, etc... Il n'a pas été trouvé de liste de noms de tous les courageux bénévoles qui ont participé, et seule la mémoire permet d'en nommer quelques-uns : Louis lambert, Serge Lambert, Claude Barthelémy, Henri Hazard, Raymond Bouvot, MM. Pierson (des quatre pièces), Cugnot, Grimal, Hacquard, Gaston Hogard et son fils dit "Tounet", Franzem, Dallet (de Planterre), Etienne dit "Tintin", Georges Michel, M. Rohr etc.....

Longue de 20 mètres, large de sept, avec ses lumineux et modernes vitraux de la maison Benoit Frères de Nancy, ses murs clairs, son remarquable plafond lambrissé, la chapelle présente un caractère véritablement accueillant. Tout le coeur est une magnifique fresque représentant l'usine, la mine et la filature. L'autel n' a pas son pareil , ses supports ainsi que les bancs de communion sont faits en minerai de fer.

Un acte de dévouement

Par derrière le bâtiment une pièce de 35 m2 était prévue pour le catéchisme et les réunions paroissiales, les tuiles ont été fournies par la tuilerie de Téting-Sur-Nied en Moselle. Lors de son inauguration le 5 mai 1957 la chapelle restait à crépir extérieurement, et à doter de bancs, de chaises, que l'on alla chercher à Nancy.Par la suite le très beaux chemin de croix qui le décore fut peint par une jeune fille du quartier, Marie-Louise Pierron. C'est Mgr Huet, vicaire général de l'évêché, qui a béni la construction, accompagné de l'abbé Chrisment, originaire de Neuves-Maisons. Il dira de cette oeuvre remarquable par sa réussite et l'élan de solidarité qu'elle a suscité : << Les plus beaux souvenirs qui restent dans la vie, sont ceux auxquels demeure accroché un acte de dévouement. >>

Le 26 janvier2003 : Brigitte Dallé appele de Normandie pour me dire que son père Henri Dallé a participé à la construction de la chapelle.