Claude Bénier m'a un jour parlé des éclaireurs de Chaligny :

<< Pour moi, disait-il, les fondateurs du groupe d'éclaireurs de Chaligny sont Hubert Joseph et un nommé Ferringer dont le père était boulanger à Xeuilley. Il y avait un fils Damoiseau, un Bertrand et Gilbert Gérard. J' y suis allé dès le début, on sortait tous les Week End dans la nature et nos occupations consistaient en jeux de piste, camping, froissertage, cuisine, cuisson du pain, fabrication de feuillées etc... On allait souvent à Xeuilley dans un chalet prêté par un particulier sympathisant. On a nettoyé l'endroit, construit une mezzanine, des barrières à l'extérieur...Je me souviens de deux camps d'été, un à Jujerieux près de Sallanches et un autre au Holzplatz près de Barren Alsace (Mont-Saint-Odile).

Au cours de ces rencontres j'ai côtoyé Roland Reignier, Jean-Claude Valentin, Jean Damoiseau, Michel Damoiseau et René Damoiseau, Philippe Ferringer dit "Mamouth", Serge Colin, Daniel Renard, Jacky Bigaut, Louis Garzandat.......... Dans le camp le groupe était divisé en patrouilles et chacune était autonome : elle faisait ses courses, installait ses quartiers, cuisinait etc... Il y avait les jeux de nuit comme" la piste à l'oignon". On se lavait dans le torrent, obligation même pour les frileux. On obtenait un classement et des badges étaient distribués en fin de camp. Les parents pouvaient venir visiter nos installations. Le matin lever des couleurs et rassemblement, veillées et chants les soirs. Il fallait laver son linge, cirer ses chaussures avec les moyens du bord, bonjour les astuces et la débrouillardise. Je me souviens que nous avions fabriqué des flèches polynésiennes et nous rivalisions d'adresse en les lançant (quelquefois sur des poules).

Il y avait le cérémonial de la promesse à passer. Il était question de respect, de l'aide aux autres, de la vie en communauté. Elle était accompagnée d'une épreuve : nous devions relever de nuit, avec des moulages de plâtre, des empreintes d'animaux. celles que nous avions ramenées appartenaient aux canards du savoyard. J'ai été "totémisé" en fin d'année, attachés par deux, dos à dos, nous devions nous délivrer nous mêmes pour réussir l'épreuve. D'autres emmenés de nuit dans le bois et laissés sur place, devaient rentrer seuls et vaincre leur peur. Bernard Maïaux et Jacky Duchêne organisaient et contrôlaient ces épreuves avec un grand sérieux. Ces camps étaient formateurs, j'en garde un souvenir très fort et j'en reparle avec les copains lorsqu'on se rencontre. je crois que ce groupe d'éclaireurs a duré deux ans. Même si le groupe était laïque ,j'emmenais à la messe les jeunes gens qui le souhaitaient. >>

Louis Picard a fréquenté lui aussi les éclaireurs :

<< J'avais 13 ans, se rappelait-il, cela s'est passé en 1953. C'est un copain qui m'a entraîné et j'ai suivi les éclaireurs durant une saison. Les responsables étaient, si je me souviens bien, Mr Joseph et les fils Damoiseau. le dimanche ils organisaient des sorties dans la nature, jeux et marches au "Fond de Monvaux". En juillet ils organisaient un camp. J'ai participé au camp de sallanche, face aux aiguilles de Varenne. On a monté plusieurs toiles de tente pour dormir et une pour l'intendance. An cours d'une promenade, au retour de la mer de glace, une équipe a voulu prendre un raccourci et elle s'est égarée. Comme le cuisinier en faisait partie je ne vous dit pas l'angoisse, toute l'équipe a attendu anxieusement leur retour. On prenait le train jusqu'à Chamonix et on faisait le reste à pied.

Je me rappelle que le groupe était composé de : Michel, René et Jean Damoiseau, Hubert Joseph, Lucien Jansen, Jean Bastien, Claude bénier, Claude François, Christian Simonetti, Jacky Lamy, Roland Roblot, Fernand Bertrand. Au lac de Sallanches il faisait très chaud, j'ai sauté dans l'eau mais j'en suis ressorti à toute vitesse, elle était glacée. Alors qu'on avait coupé de petits sapins pour construire tables et bancs, on a dù les jeter dans le torrent en voyant arriver le garde forestier. Finalement on a creusé deux petites tranchées dans la terre pour mettre les jambes et s'asseoir confortablement pour manger.

Notre séjour était partagé entre les excursions et les jeux sportifs.Un jour alors qu'on avançait dans le torrent celui qui me précédait a disparu dans un trou, c'est peut-être Fernand Bertrand. Au cours d'un gros orage, on a dormi dans un grenier, au-dessus d'une étable dans un chalet savoyard, situé à proximité du camp. Nous avons regardé le savoyard traire ses vaches. De temps en temps il retournait une mamelle pour nous envoyer une giclée de lait, quelle rigolade...Je me souviens d'un magnifique coucher de soleil sur le Mont Blanc, c'était magnifique. >>

René Damoiseau approuve tout ce que m'ont raconté Claude Bénier et Louis Picard et il apporte les précisions sivantes:

<< Sur la photo Jacques Vinot se trouve entre Hubert Joseph et Michel Damoiseau. Le dernier en bas à droite c'est moi nous dit-il. J'ai encore en tête nos quatre camps 1- Holzplatz près de Barr en Alsace, 2- Sallanches, 3- Jujurieux dans l' Ain et 4- Plouharnel dans le Morbihan près de Carnac.

Jacky Duchêne et Michel Damoiseau avaient une petite charrette à deux roues pour aller chercher le pain au village. A Jujurieux on pêchait les écrevisses, on a aidé des paysans à faire la fenaison. Le camp à Plouharnel a été organisé avec les éclaireurs de Toul, le chef s'étant marié avec une jeune fille rencontrée à Jujurieux l' encadrement n'était plus suffisant. Ferringer se prénommait Philippe. >>

 

1- Hubert Joseph. 2- Jacques Vinot. 3- Michel Damoiseau. 4- Jacky Duchêne.5-non reconnu.6- Louis Picard. 7- André Bénier 8- Roger Hamen 9- Lucien Jansen 10- Claude François. 11- Lucien Bertrand -12. Fernand Bertrand.13- Christian Simonetti.14- inconnu 15- Marcel Batho. 16 - Jacky Lamy. 17- Roland Roblot. 18 -Jean-Pierre Bénier .19- Parmentier. 20- René Damoiseau.

Si vous avez reconnu un, ou même les deux éclaireurs dont je ne connais pas le nom, soyez gentils de me renseigner en cliquant sur contact. Vous avez peut-être , vous aussi, quelque chose à dire concernant les éclaireurs de Chaligny, alors n'hésitez pas je suis impatient de vous lire.